Moutonneau

Aller sur le site de la communauté de communes
Histoire

Histoire

Moutonneau se situe au centre d’un méandre de la Charente, au pied du coteau de Magnerit, haut d’une trentaine de mètres.

La commune s’étend sur 420 hectares et compte une centaine d’habitants, contre 300 en 1789.

A l’ère secondaire (période jurassique), Moutonneau était probablement recouvert par les eaux, comme le donnent à penser les fossiles trouvés : ammonites de toutes tailles, œufs de tortues ou de plésiosaures.

Habitée sûrement au temps préhistorique (silex taillés),

La commune est délimitée à l’ouest par une voie romaine : la RN 10 en est la parallèle. Les vestiges d’un pont romain enjambaient la Charente avant la réfection de ce dernier en 1955.

Mais sa vraie naissance se situe en 732 après la bataille de Poitiers livrée par Charles Martel aux Sarrazins (dirigés par leur général ABDERAME ou ABD AL RAHMANN –orthographe inconnue-)

CHARLES MARTEL stoppa ainsi l’invasion arabe et le général tué.

Quelques Sarrazins en déroute trouvèrent refuge dans la prairie et s’y établirent donnant le nom de Multonello à leur village * Mustonello (1309) Mutonello (Liber feodorum) ou Mouton le Petit

(Jean Talbert 1928) ou Mouton-nom de lieu-+Le Petit :suffixe diminutif (Toponymie Générale de la France :Ernest Nègre 1990) *

Cette hypothèse est confirmée par la découverte d’ossements et d’objets ; ainsi que par les patronymes d’anciens villageois, tels que Bruneau, Maurin, Lenoir, et le nom de certains villages alentours :

Les Nègres, Mouton,  la Négrauderie, Puy Négrier.

Le village originel a été construit dans la métairie au pied du coteau de Magnerit. De nombreuses pierres de construction y ont été découvertes. Les derniers métayers du château (la famille Bernard) ont débroussaillé les ruines et transporté les pierres pour rebâtir les maisons d’aujourd’hui. La terre « rouge » a été transportée du fond de la métairie afin d’en faire du mortier.

Un moulin à plâtre, dit « le moulin des angles » git sous l’eau à environ 9 mètres de profondeur. Sa date de construction reste un mystère.

Une communauté de Templiers s’est vraisemblablement installée au XII°, XIV° siècle (ces pierres tombales tendant à le prouver)

L’histoire reste inconnue jusqu’à la féodalité où la famille JAY arrive en 1312 et règne pendant quatre siècles.

Le plus marquant des JAY, fut Jean, seigneur entre autres de Boisseguin : il fut l’un des défenseurs de Poitiers contre Coligny et contrecarra les tentatives de Jean de la Haye pour livrer cette ville aux protestants. ( Ref :archives de Moutonneau et de Bourdelais), et mémoires vivantes.